M. Milan Ngangay Yves prend les commandes de l’ICCN

Le nouveau Directeur général de L’institut Congolais Pour la Conservation de la Nature, Milan Ngangay Yves a pris officiellement le bâton de commandement de cette grande institution de la biodiversité congolaise, en date du lundi 28 Novembre au cabinet de la Vice-première ministre, ministre de l’environnement et développement durable, madame Eve Bazaiba.

C’était au cours d’une cérémonie de remise et reprise axée sur un caractère évaluatif de la situation actuelle de l’ICCN que Henry Mbale Konzi, Directeur général intérimaire a remis la gestion de cette entité entre les mains de Monsieur Milan Ngangay, nommé sur ordonnance présidentielle du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Remise et reprise entre l’ancien directeur intérimaire de l’ICCN et le nouveau directeur, en présence de la Vice-première Ministre Mme Eve Bazaiba.

La pérennisation des collaborations

La ministre Eve Bazaiba a mis à profit cet évènement pour valoriser les rapports de collaboration entre l’ICCN et les différents ministères de tutelle. Réalité que le nouveau Directeur général assure de pérenniser « Ce sont des hautes collaborations administratives qui déterminent le socle de notre fonctionnement, nous nous engagerons à assurer cette pérennité en toute transparence » a déclaré le Directeur général Milan.

A la suite de ce moment de solennité verbale le Directeur général ad intérim sortant et le Directeur Général entrant se sont dirigés dans les locaux de l’ICCN dans la ville de Kinshasa afin de parachever toutes les étapes de ladite cérémonie.

Rappelons que l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) est une entreprise publique à caractère technique et scientifique dotée d’une personnalité juridique propre et d’une autonomie de gestion financière. Il a été créé en 1975 par l’ordonnance-loi n° 75-023 du février 1975. Il est régi par la loi 78-002 du 06 janvier 1978 portant dispositions générales applicables aux Entreprises Publiques en République Démocratique du Congo.

Il jouit d’une personnalité juridique propre et d’une autonomie financière avec pour missions : assurer la protection de la faune et de la flore dans les aires protégées; favoriser la recherche et le tourisme dans ces milieux ; gérer les stations de capture et de domestication.

Il est placé sous la tutelle de deux ministères à savoir le ministère de l’Environnement, et développement durable, celui du tourisme et le ministère de la défense.

Milan Ngangay Yves : une vie consacrée au vert et au management

Le fils du terroir et le sacerdoce à la terre

Aussi internationalisant que peut sembler connoter l’entrée en matière de son identité, le nouveau Directeur de l’Institut Congolais de la Conservation de la Nature, Monsieur Yves Milan Ngangay est un congolais de terre et de sang. Né à Mateko, le 24 septembre 1975 dans l’ex-province du Bandundu en République démocratique du Congo.

Il vit actuellement dans la ville de Kinshasa au cœur d’une commune phare de l’histoire environnementale de la capitale de par la rivière qui longe cette zone géographique, la rivière Kalamu.

Narratif d’un cursus scientifique baigné dans un regard de biodiversité

Diplômé d’état en 1996, en section agricole pour l’option vétérinaire ; ce produit du collège Lukano-Mateko au Bandundu, devance sa génération en se projetant à l’époque sur des questions de biodiversité, enjeux actuels du monde qui portent la République Démocratique du Congo après validation internationale à la COP26, en pays solution.

Sa passion pour les questions scientifiques de biodiversité n’en reste pas là, en 2002, il obtient un diplôme de Graduat en sciences agronomiques et vétérinaires de l’Université Pédagogique Nationale en portant une recherche scientifique sur l’élevage des volailles à Kinshasa dans leur dimension clinique.

En 2004, Il va creuser un peu plus dans la mine scientifique en décrochant une licence en pédagogie appliquée de la même option qu’en graduat, traitant sur en continuité de la question des volailles avec une attention particulière portée sur la perception sanitaire en phase avec l’économie.

En guise d’équilibre de compétences en gestion, il rajoute en 2012 une formation en comptabilité.

Des prémices professionnelles aux odeurs d’éducation, de management et du vert

En 1999, l’Office National du Café reçoit les compétences de monsieur Mylan. Peu de temps après, en 2004, le concerné reconduit ses atouts dans le domaine agricole et l’élevage.

Pour la même périodicité, il apportât simultanément une expertise en éducation à l’institut Mokengeli de Lemba. En 2005, il fait valoir également son savoir d’éducateur à l’Institut Technique Agricole et Vétérinaire, une institution étatique du pays en plein cœur de la capitale.

De 2005 à 2006, il va vivre une expérience professionnelle et managériale typiquement électorale en tant que contrôleur technique, archiviste et formateur des formateurs à la commission électorale nationale et indépendante (CENI). Depuis 2008 à sa nomination récente, il a œuvré comme manageur sur des questions financières et administratives dans un influent système ecclésial du pays.

Son sens de rigueur et de transparence, son coté organisationnel et structuré avec une gestion de travail en équipe percutante, centrée sur l’homme, donne à l’Institut Congolais de la Conservation de la Nature une opportunité de vivre une expérience managériale des ressources naturelles prolifique sous le regard confiant du Chef de l’Etat et des ministères de tutelle en hiérarchie.

Celcom ICCN