La plateforme de gestion informatisée de la CITES est opérationnelle

Une importante réunion sur les outils numériques s’est tenue dans les locaux de l’ICCN. Etaient présents de nombreuses représentants des organes de l’Etat impliquées dans ce secteur. L’interaction entre les services de l’Etat est très importante pour ICCN. L’Etat veut également donner une réponse adaptée à la lutte contre la fraude comme sur la vente illicite des espèces protégées.


Il s’est tenu ce vendredi 12 février 2021, dans la salle des réunions de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) situé à l’Avenue Batetela n°28, à Kinshasa-Gombe, l’Atelier de présentation de la Plateforme de gestion informatisée de la CITES (CITES Mangement Informatic System -CMIS) auprès du Service de Guichet Unique du Commerce Extérieur (SEGUCE).

Cet Atelier qui a été organisé par l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), s’inscrit, d’une part dans le cadre de la vulgarisation de la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) auprès des agences étatiques impliquées dans la lutte contre la fraude, d’autre part dans le cadre du développement de l’interaction entre la plateforme de gestion informatisée (CMIS) mise en place par la Coordination de l’Organe de Gestion CITES et celle du Guichet Unique du Commerce Extérieur.

Ont été présents à l’Atelier les experts de la Présidence de la République (Office du Conseiller Spécial du Chef de l’Etat chargé de l’Environnement et Développement Durable), le Directeur de Cabinet du Ministre de l’Environnement et Développement Durable, les Experts de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) ainsi que ceux du Service du Guichet Unique du Commerce Extérieur (SEGUCE) et du Comité de Suivi de la Réforme du Guichet Unique Intégral du Commerce Extérieur.

Le Directeur-Coordonnateur de l’Organe de Gestion CITES, le Professeur Dr. Augustin NGUMBI AMURI, qui exerce également les fonctions de Conseiller Juridique principal de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, a fait la présentation magistrale de la Plateforme de gestion informatisée de la CITES (CMIS) créée par les informaticiens congolais avec l’appui financier de l’Union européenne mise à la disposition du Secrétariat de la CITES à travers le Programme d’appui aux espèces d’arbres (CITES-TREES).

Lien vers la plateforme : https://www.citesrdc.org/

Cette présentation à l’aide d’un vidéoprojecteur a mis en exergue, de manière concise, l’imagination créatrice de la Coordination de l’Organe de Gestion CITES, sous l’impulsion du Directeur Général de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, Pasteur Dr. Cosma WILUNGULA BALONGELWA, en apportant des solutions informatiques et techniques à la lutte contre la corruption, la fraude et le trafic illicite des espèces sauvages, pour mettre en oeuvre ainsi la vision du Chef de l’Etat, Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, de lutter contre la corruption et les antivaleurs et de numériser les opérations commerciales ayant un impact positif sur la mobilisation des recettes. L’intervention du Professeur Dr. Augustin NGUMBI AMURI s’est aussi attardée sur l’impact de la plateforme de gestion informatisées de la CITES (CMIS) sur l’amélioration du climat des affaires dans le secteur de faune et de flore sauvages et a proposé l’interface informatique (Espace Guichet Unique) devant assurer l’interaction effective entre l’Organe de Gestion CITES/RDC et le Guichet Unique du Commerce Extérieur.

En revanche, Les experts du Guichet Unique du Commerce Extérieur ont exprimé leur satisfaction vis-à-vis de la plateforme de gestion informatisée (CMIS) qu’utilise déjà l’Organe de Gestion CITES/RDC car elle permet non seulement de garantir la transparence mais aussi de faciliter l’échange rapide des données concernant les permis signés par ce dernier. Ils n’ont pas caché leurs mots des félicitations à son égard pour cette grande innovation qui est bénéfique à la République Démocratique du Congo.

Au terme de toutes les présentations, les experts de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature et ceux du Guichet Unique du Commerce Extérieur ont convenu de s’approprier des solutions informatiques à leur portée pour interchanger leurs données, car les deux structures étatiques disposent chacune d’une plateforme informatique opérationnelle, dissipant ainsi tout malentendu qui a perduré par le passé. La prochaine étape sera la réunion technique entre leurs experts informaticiens pour mettre en place le format d’échange desdites données qui conduira à la signature d’un Protocole de collaboration entre les deux entités.

Les innovations apportées par l’Organe de Gestion CITES/RDC et son initiative à promouvoir la transparence et l’interaction entre les services étatiques dans la mise en œuvre de la Convention CITES en RDC, sont à féliciter et à pérenniser pour les étendre à d’autres secteurs de la vie nationale. Le transfert de l’Organe de Gestion CITES à l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature porte ses fruits et produit des résultats palpables qui méritent d’être consolidés.